Un nouveau regard sur L'EVEIL 2/3

Dans la première partie de cet article, nous avons vu ce qu'est l’Éveil, et ce qu'il n'est pas, des témoignages et les étapes de l’Éveil selon le bouddhisme Théravada. Nous allons nous pencher maintenant sur notre relation à la Conscience et sur la dé-identification de l'égo.

Se représenter notre relation avec la Conscience  (mieux connue sous le nom de Dieu, le Divin, le Grand Tout, Tout ce qui est, la Vie, la Matrice, Brahma, Cela, l’Univers, le Quantique ou autre...)

Commençons par une vision simple, en 3D : Imaginez un oursin, mais alors un très très très grand oursin, avec des milliards et des milliards de piquants. Au centre, les cellules souches de l’univers et au bout de chaque piquant, comme une olive sur une brochette apéro : un être. Ici c’est vous, à côté votre ficus, là une bactérie de votre estomac, plus loin un ver de terre, ailleurs une entité spirituelle, une galaxie, etc. Au bout de chaque piquant une façon d’expérimenter la vie avec son histoire, ses comportements, ses buts, mais tout fait partie intégrante de l’oursin, comme votre doigt fait partie de vous. De la même façon que vous ressentez ce que vit votre doigt, la Conscience a conscience d’elle-même – et veille sur elle-même. Elle expérimente ce que vous expérimentez. Nous sommes les racines de la Conscience.

 

Cependant, la 3D pour se représenter la Conscience infinie, c’est très insuffisant. En fait, la Conscience est partout, en tout, la conscience est tout, même les égos, même le personnage que vous êtes en train de jouer et qui lit ces lignes (c’est pourquoi le terme « Source » est inapproprié lorsqu’on parle du divin, puisqu’il implique quelque chose de très éloigné de nous vers lequel il faudrait monter ou descendre – "La Source" c’est la version moderne de Dieu assis sur son trône dans le ciel).

Ego et Conscience

Pour Claudette Vidal, une éveillée québecoise qui vit dans le sud de la France, il y a trois positions possibles : égo, être et être soi, qu’elle explique avec la métaphore des trois chaises et qu'elle propose d'expérimenter dans un exercice (ci-contre) :


- L’égo : je suis identifié(e) à mon égo, je me prends pour le personnage que je suis, le « costume » que je porte, je suis limité(e) à mon corps, mon âge, ma personnalité, je suis séparé(e). Je suis « Moi-je ».

- Être : je suis au-delà des limites de mon égo, je suis dans la Conscience. « Je suis », le je de « Je suis » n’étant plus celui de l’égo mais de la Conscience.

- Être soi : être la Conscience qui s’expérimente en tant que (votre nom).

Isabelle Padovani parle d’avant plan (l’égo, le personnage) et d’arrière plan (la Conscience).

Pour se placer à partir du regard de la conscience, Suyin Lamour propose de tourner sons attention vers "Ce qui perçoit ?", c'est à dire se mettre "dans la peau" de l'observateur, ce fameux observateur que l'on cherche en méditation (observateur = conscience).


Se dé-identifier de l’égo

En état de méditation ou lorsque l’expérience de l’Éveil est vécue « Je » n’est pas là, même pas en spectateur – vous n’êtes plus votre petit moi/je mais c’est la Conscience qui est. C’est ou l’égo ou la Conscience, pas de demi-mesure. Par contre, en état de méditation vous êtes "dans" la Conscience, tandis que pendant l'expérience d’Éveil vous êtes la Conscience : Vous n’êtes plus votre égo, vous êtes Tout et, comme vous êtes Tout, vous n’êtes rien (vous n'êtes plus le personnage)…

 

Vous l’aurez compris, pour accéder au Grand Tout, il faut donc lâcher l’égo, c’est un préalable, c’est-à-dire renoncer à la croyance en l’existence limitée de son petit moi et cesser de se croire également limité à son corps. On se maintient dans l’égo grâce à des verrous limitants successifs, on s’en libère en s’en dé-identifiant.

 

La dé-identification de l’égo mène à la vacuité, au vide. C’est « n’être rien », ce qui n’implique pas un masochisme existentiel (je suis tellement minable que je ne suis rien), aujourd’hui on a tendance à flageller son égo comme certains mystiques du passé flagellaient leur corps. Il n’y a pas d’interprétation morale à chercher là-dedans. Tout simplement, on enlève juste son égo pour entrer dans la Conscience, comme on se déshabille pour prendre un bain - et on se rhabille quand on sort du bain.

Je vous propose un petit exercice de dé-identification pour comprendre le principe :

« Je ne suis pas cette femme, (ou cet homme), (ou les deux dans la proportion qui est la mienne),

Je n'ai pas cet âge, je ne suis pas ce passé, je ne suis pas ce futur,

Je ne suis pas ce corps,

Je ne suis pas cette mère, cette fille, (ou ce père, ce fils),

Je ne suis pas ces goûts, ces passions, ces idées, ces intérêts, ce métier,

Je ne suis pas ces qualités, je ne suis pas ces défauts,

Je ne suis pas ces souffrances, ces échecs, je ne suis pas ces réussites, ces joies,

Je ne suis pas ce que je sais faire et ce que ne ne sais pas faire,

Je ne suis pas ces croyances, ces certitudes, ces savoirs, ces connaissances,

Je ne suis pas ce produit de cette culture, de cette histoire,

Je ne suis pas ce personnage,

Je ne suis pas cet être humain,

Je ne suis pas ici,

Je ne suis pas maintenant,

Je ne suis pas cette pensée... »

etc, etc, etc...

Pourquoi ce ressenti de vide ? Lorsque l’égo n’est plus là, notre cerveau qui est son support technique, n’est pas activé. Or, c’est lui qui sélectionne puis traduit pour nous quelques éléments dans l’infinitude pour en faire la réalité matérielle dans laquelle notre égo vit et à laquelle nous croyons. Si notre cerveau n’est pas activé nous sommes dans ce fameux vide dont est essentiellement composée la prétendue matière à 9,99999999999 % (je ne sais plus combien de 9), un vide plein de conscience mais que nous n’avons pas la possibilité d’appréhender dans toute sa complexité par manque d’un « sens » pour le comprendre. Le 0,0000000001 % étant la part de l'infini que notre cerveau sélectionne pour le présenter, le fixer pour nous, en tant que matière. (lire la suite : Comment s'éveiller les FAQ de l’Éveil, une mise en perspective et les bonnes adresses )

Florence

Florence Fabrègue est l'auteur des articles de ce site.

Elle est aussi thérapeute : elle travaille avec la mythologie (plus de 160 mythes de diverses traditions du monde).

Une fois que le mythe que vous êtes en train de jouer est mis à jour, elle propose une libération des émotions et croyances qui y sont liées afin d'entrer dans le nouveau paradigme quantique.

Séance par téléphone au 06 18 10 10 96

florence.fabregue@hotmail.fr

https://mythes-en-conscience.jimdo.com/

Écrire commentaire

Commentaires: 0