Un nouveau regard sur L'EVEIL

Les nouveaux Éveillé(e)s sont là, bien là, parmi nous.

Ils (elles) portent un regard passionné sur la vie, certains vivent en couple (hétéro et homo) et sont actifs sur les réseaux sociaux. Ils sont pour la plupart sans dogme et sans religion.

 

Quelle vérité ont-ils (elles) approchée ? Qu'ont-ils (elles) compris ? et d'abord, qu'est-ce que  l’Éveil ?

Ce que l’Éveil n’est pas :

Mettons-nous tout d’abord d’accord sur le sens du mot Éveil, car on peut lire beaucoup de choses sur ce sujet. Ce n’est pas prendre conscience des réalités spirituelles après avoir été longtemps matérialiste, ni être « plus en paix » ou « dans l’amour » ou encore avoir de grandes capacités énergétiques, avoir de vastes connaissances spirituelles, des montées de Kundalini, méditer toute la journée ou même avoir des super-pouvoirs. Il faut aussi bien faire la différence entre l’Éveil et l’état de méditation : L’état de méditation c’est l’état de vacuité (l’égo n’est plus là) mais entre la vacuité et l’Éveil il y a tout un univers, nous allons le voir plus loin. De même, l'état de pleine conscience n'est qu'un préalable à l’Éveil.

 

Tout cela, c’est éventuellement être sur le chemin de l’Éveil, et encore sur certains points, on est loin du compte. Les connaissances, les croyances, les pratiques et les pouvoirs spirituels peuvent vite devenir limitants et pour faire le grand écart de l’Éveil, il vaut mieux avoir l’esprit large.

 

Par ailleurs, et c'est un point important, l’Éveil n'est pas un concept philosophique ou symbolique, ce n'est pas non plus une métaphore : C'est avant tout une expérience.

Ce qu'est l’Éveil

L’Éveil est une expérience et un long processus attesté dans la plupart des traditions spirituelles sous des noms et des angles de vue différents (comme par exemple l'extase mystique chez les saints chrétiens, le Satori chez les japonais, etc..). Le premier pas est d’avoir vécu l’expérience "cosmique" spécifique de fusion avec l’univers, avec « Tout ce qui est », y compris bien sûr la Conscience (et comme tout est conscience, devenir ce Tout). Une expérience vécue en direct, pas une visualisation, une expérience transcendante de basculement, de distorsion des repères qui marque à jamais. Elle peut durer quelques secondes, quelques minutes, quelques jours, quelques mois. Vous l’avez vécu, ou pas, vous avez commencé à vous éveiller, ou pas, il n'y a pas de "symptômes" de l’Éveil.

La beauté de la chose c’est que ce n’est pas parce que vous êtes un grand yogi, que vous avez une attitude impeccable ou que vous vous astreignez à des ascèses diverses et variées que vous gagnez des jetons pour le grand saut. Inutile de briguer l’excellence. Il semble bien que, sur ce coup là, Dieu joue aux dés. On peut, par des pratiques, arriver à ce qu'Isabelle Padovani (une Éveillée française) appelle « le carrefour de l’Éveil » mais rien ne dit que cela arrivera. Les bouddhistes qualifient l’Éveil d’« accident » et chaque tradition ne peut avoir, au mieux, qu’une méthode pour s’en rapprocher. Beaucoup d'appelés, donc, mais peu d'élus.

Témoignages d’Éveil

Si pour certain cette expérience provoque un grand éclat de rire devant la révélation de l’ampleur de l’illusion, pour d’autres, le retour est parfois très difficile : ils ne voient plus d’intérêt à cette vie qu’ils prenaient pour de la réalité. Ils plongent dans la dépression ou la folie, mais la plupart n’ont qu’une idée en tête : y retourner.

 

Voici 2 témoignages d’Éveil vécus très différemment :

 

Le très beau témoignage de Suyin Lamour


Le deuxième témoignage, celui  de la première expérience d’Éveil, est le mien

C’était il y a 25 ans environ, un matin, j’étais encore dans mon lit. Mon esprit a soudain été transportée dans une pièce munie d’une grande ouverture ronde. Devant elle se trouvait un ange qui m’incita à m’approcher. A travers l’ouverture je voyais l’univers entier. En tendant la main, je pouvais toucher la planète ou l’étoile qui était la plus proche mais aussi les plus éloignées. J'étais émerveillée. Au bout de peu de temps, la pièce dans laquelle je me trouvais, l’ouverture ronde et l’ange ont disparus. Il n’y avait ni espace, ni matière, tout était là, en même temps, tout était Un. Pendant quelques instants j’ai compris/senti/eu la révélation que " j’"étais cela.

 

Après, j’ai continué à avoir une vie difficile. Cette expérience a été noyée dans l’infinité d’expériences « bizarres » que je vivais depuis mon adolescence, je l’ai même oubliée pendant des années. Ce n’est qu’en faisant des recherches pour cet article que j’ai compris qu’il s’agissait d’une expérience d’Éveil ! J’avais un tempérament dépressif, je l’ai gardé. J’ai toujours été comme « décalée » et honteuse de l'être, même dans le milieu spirituel. J’ai passé les années qui ont suivies à essayer de m’incarner, avec peu de succès.

 

J’ai continué aussi à avoir des expériences bizarres, comme par exemple « il n’y a ni extérieur ni intérieur », « l’amour est la plus grande force de l’univers », « Tout est Conscience », « les lois de la physique n’existent pas » et très souvent « Tout est UN ». J’emploie le terme « expérience » parce qu’il ne s’agit pas de compréhension intellectuelle mais de « vécu » direct.

Les quatre phases de l’Éveil

L’Éveil n'est pas une expérience unique mais un processus dont le bouddhisme Theravada, a répertorié quatre phases (1) qui vont de la première expérience de fusion jusqu'au "Grand Eveil" ou on peut réellement dire qu'une personne est "Eveillée". Entre les deux, de nombreuses années peuvent passer et toutes les dérives (même les dérives sectaires) sont possibles.

 

Cela dit, ne soyons pas dans le dogme, plusieurs des éveillé(e)s modernes n’ont pas suivi ce cursus – et n’avaient même pas la moindre idée de ce dont il s’agissait. Byron Katie, dépressive et même suicidaire, ainsi que Wayne Lee Corman, accro à l’alcool et aux drogues diverses pendant toute sa vie, se sont réveillés un matin « Éveillé(e)s ».

Se représenter notre relation avec la Conscience  (mieux connue sous le nom de Dieu, le Divin, le Grand Tout, Tout ce qui est, la Vie, la Matrice, Brahma, Cela, l’Univers, le Quantique ou autre...)

Commençons par une vision simple, en 3D : Imaginez un oursin, mais alors un très très très grand oursin, avec des milliards et des milliards de piquants. Au centre, les cellules souches de l’univers et au bout de chaque piquant, comme une olive sur une brochette apéro : un être. Ici c’est vous, à côté votre ficus, là une bactérie de votre estomac, plus loin un ver de terre, ailleurs une entité spirituelle, une galaxie, etc... Au bout de chaque piquant une façon d’expérimenter la vie avec son histoire, ses comportements, ses buts, mais tout fait partie intégrante de l’oursin, comme votre doigt fait partie de vous. De la même façon que vous ressentez ce que vit votre doigt, la Conscience a conscience d’elle-même – et veille sur elle-même. Elle expérimente ce que vous expérimentez. Nous sommes les racines de la Conscience.

 

Cependant, la 3D pour se représenter la Conscience infinie, c’est très insuffisant. En fait, la Conscience est partout, en tout, la conscience est tout, même les égos, même le personnage que vous êtes en train de jouer et qui lit ces lignes (c’est pourquoi le terme « Source » est inapproprié lorsqu’on parle du divin, puisqu’il implique quelque chose de très éloigné de nous vers lequel il faudrait monter ou descendre – "La Source" c’est un peu la version moderne de Dieu assis sur son trône dans le ciel).

Ego et Conscience

 

Pour Claudette Vidal, une éveillée québecoise qui vit dans le sud de la France, il y a trois positions possibles : égo, être et être soi, qu’elle explique avec la métaphore des trois chaises et qu'elle propose d'expérimenter dans un exercice (ci-contre) :


- L’égo : je suis identifié(e) à mon égo, je me prends pour le personnage que je suis, le « costume » que je porte, je suis limité(e) à mon corps, mon âge, ma personnalité, je suis séparé(e). Je suis « Moi-je »

- Être : je suis au-delà des limites de mon égo, je suis dans la Conscience. « Je suis », le je de « Je suis » n’étant plus celui de l’égo mais de la Conscience.

- Être soi : être la Conscience qui s’expérimente en tant que (votre nom).

Isabelle Padovani parle d’avant plan (l’égo, le personnage) et d’arrière plan (la Conscience).

 

Pour se placer à partir du regard de la conscience, Suyin Lamour propose de tourner sons attention vers "Ce qui perçoit", c'est à dire se mettre "dans la peau" de l'observateur, ce fameux observateur que l'on cherche en méditation (observateur = conscience).


Se dé-identifier de l’égo

En état de méditation ou lorsque l’expérience de l’Éveil est vécue « Je » n’est pas là, même pas en spectateur – vous n’êtes plus votre petit moi/je mais c’est la Conscience qui est, c'est à dire que ce n'est pas votre personnage qui fait l'expérience, vous devenez (ou vous re-devenez ou tout simplement vous êtes) la Conscience tout entière, Tout ce qui est, qui vit ce qu'elle a toujours vécu, à sa place de Tout ce qui est.

C’est ou l’égo ou la Conscience, pas de demi-mesure. Par contre, en état de méditation vous êtes "dans" la Conscience, tandis que pendant l'expérience d’Éveil vous "êtes" la Conscience : Vous n’êtes plus votre égo, vous êtes Tout et, comme vous êtes Tout, vous n’êtes rien (vous n'êtes plus le personnage, il n'y a plus de matière ni d'univers)…

 

Vous l’aurez compris, pour accéder au Grand Tout, il faut donc lâcher l’égo, c’est un préalable, c’est-à-dire renoncer à la croyance en l’existence limitée de son petit moi et cesser de se croire également limité à son corps. On se maintient dans l’égo grâce à des verrous limitants successifs, on s’en libère en s’en dé-identifiant.

 

La dé-identification de l’égo mène à la vacuité, au vide. C’est « n’être rien », ce qui n’implique pas un masochisme existentiel (je suis tellement minable que je ne suis rien), aujourd’hui on a tendance à flageller son égo comme certains mystiques du passé flagellaient leur corps. Il n’y a pas d’interprétation morale à chercher là-dedans. Tout simplement, on enlève juste son égo pour entrer dans la Conscience, comme on se déshabille pour prendre un bain - et on se rhabille quand on sort du bain.

Je vous propose un petit exercice de dé-identification pour comprendre le principe :

« Je ne suis pas cette femme, (ou cet homme), (ou les deux dans la proportion qui est la mienne),

Je n'ai pas cet âge, je ne suis pas ce passé, je ne suis pas ce futur,

Je ne suis pas ce corps,

Je ne suis pas cette mère, cette fille, (ou ce père, ce fils),

Je ne suis pas ces goûts, ces passions, ces idées, ces intérêts, ce métier,

Je ne suis pas ces qualités, je ne suis pas ces défauts,

Je ne suis pas ces souffrances, ces échecs, je ne suis pas ces réussites, ces joies,

Je ne suis pas ce que je sais faire et ce que ne ne sais pas faire,

Je ne suis pas ces croyances, ces certitudes, ces savoirs, ces connaissances,

Je ne suis pas ce produit de cette culture, de cette histoire,

Je ne suis pas ce personnage,

Je ne suis pas cet être humain,

Je ne suis pas ici,

Je ne suis pas maintenant,

Je ne suis pas cette pensée... »

etc, etc, etc...

 

Pourquoi ce ressenti de vide ? Lorsque l’égo n’est plus là, notre cerveau qui est son support technique, n’est pas activé. Or, c’est lui qui sélectionne puis traduit pour nous quelques éléments dans l’infinitude pour en faire la réalité matérielle dans laquelle notre égo vit et à laquelle nous croyons. Si notre cerveau n’est pas activé nous sommes dans ce fameux vide dont est essentiellement composée la prétendue matière à 9,99999999999 % (je ne sais plus combien de 9), un vide plein de conscience mais que nous n’avons pas la possibilité d’appréhender dans toute sa complexité par manque d’un « sens » pour le comprendre. Le 0,0000000001 % étant la part de l'infini que notre cerveau sélectionne pour le présenter, le fixer pour nous, en tant que matière.

Comment s'éveiller ?

 

L’Éveil ne peut être provoqué, semble-t-il, c’est du moins ce que disent la plupart des Éveillés. Samuel Stemmer par contre, propose une méthode « simple » pour y parvenir : mener soi-même sa propre expansion de conscience en se concentrant tout d’abord sur les objets de la pièce dans laquelle on se trouve et de les ressentir comme étant soi afin de les inclure dans sa conscience.


Attention, il ne s'agit pas de prendre conscience de l'impact psychologique de chaque objet « c'est la lampe que j'avais quand j'étais petite, elle fait partie de moi » - ce qui serait une expansion de l’égo - ni de visualiser ou d'imaginer que l'on étend sa conscience mais bien d’englober chaque objet dans sa conscience de façon à pouvoir les ressentir physiquement comme une partie de soi. A partir de là, on agrandit sa conscience de la même façon jusqu’à l’univers.

 

Évidemment, j’ai voulu tester pour vous. Après avoir ramé plusieurs jours avec une expansion de l’égo, j’ai eu le déclic. Il me fallait voir, ressentir sans commenter – c’est-à-dire sans égo - c'était logique !. Effectivement, j'ai senti les objets près de moi et surtout leurs textures comme je sentais ma peau. Au bout de peu de temps mon corps ne pesait plus rien et il était aussi léger que l’air autour de moi, ainsi que tout les objets de la pièce. C’était extraordinaire !... Mais je n’ai pas réussi à m’étendre au-delà de la pièce (pour le moment !).

FAQ de l'Eveil

Cette expérience qui met en lumière la structure de tout ce qui est nous amène à un certain nombre de questions (qui restent des questions ouvertes ! J'attends vos commentaires) :

Pourquoi les Éveillé(e)s disent-ils (elles) qu'il n'y a rien, qu'il n'y a jamais rien eu et qu'il n'y aura jamais rien ?

Ça c'est une vision à partir de la Conscience. De son point de vue la matière n'existe pas en tant que telle. Ni le temps, ni l'espace (les distances) et tout est "non-local" (ne se trouve pas à un endroit précis). Il n'y a donc rien et nulle part... Et en même temps la Conscience est "Tout ce qui a été, est et sera"...  Arrêter de penser en trois dimensions ! avec la Conscience on est dans le royaume du "et à la fois" : Les choses peuvent être et n'être pas, blanche et noire et sans couleur, sans forme et avec mille formes, si vous voyez ce que je veux dire...

 

Pourquoi disent-ils que tout est parfait ?

Une autre vision à partir de la Conscience. De son point de vue tout fonctionne, évolue, se crée sans dualité. Elle ne ressent pas le drame que peuvent vivre les égos (les personnages) comme quelque chose de négatif. Elle est "libre de tout concept, d'idées, d'interprétations, d'échelle de valeur, d'interprétation, tout est égal, sans dualité bien/mal, sans jugement de valeurs" (Suyin Lamour). Il est clair par contre que de notre point de vue d'égo, ça craint !.

 

L’Éveil, c'est le Nirvana ?

L'état de fusion avec la Conscience est au-delà de la dualité, de la souffrance et de toutes les vicissitudes de la matière et de l'égo, c'est un état de perfection absolu, c'est pourquoi tout ceux qui l'on atteint ont envie d'y rester. Mais la perfection, le Nirvana n'est pas le but, regardez la dernière vidéo de cet article.

Les Éveillé(e)s marchent-ils sur l'eau  ?

Euh... non, enfin certains oui et encore c'est pas sûr.

Plus généralement, les Éveillé(e)s ont-ils des super-pouvoirs ? Pas obligatoirement. Certains ont, et cela a été maintes fois observé, une capacité de matérialisation d'objets ou d'évènements. Certains le font à l'ancienne en exsudant de la rose par la paume de leurs mains. La plupart des nouveaux Éveillé(e)s proposent des soins énergétiques ou des séances de thérapie spirituelle et ça doit être pas mal !

Y a-t-il un Dieu pour piloter l'Univers ?

Ben... Non ! Les Éveillés sont unanimes... Même pas un Dieu d'amour ? Non !

Et pour les dés ?

Dès les premiers instants de l’Éveil, ils n'ont pu que constater qu'ils/elles étaient seul(e)s.

Voilà une révélation très désolante !

 

Enfin, seul(e), faut voir. C'est une question de relation. Pour expliquer cela Isabelle Padovani, qui a été élevée dans la religion chrétienne, utilise la métaphore du Père et du Fils : Quand elle est identifiée à "Isabelle Padovani", elle est le Fils et peut donc s'adresser au Père qui la contient. Mais quand elle vit ce qu’elle appelle une expérience d'arrière plan, elle est alors le Père, elle est « Tout ce qui est », et là, il n'y a plus personne pour discuter.

Le bouddhisme, qui est la tradition la plus orientée sur l’Éveil, est d'ailleurs une religion dite "sans Dieu".

Avons-nous un libre arbitre ?

Puisque c'est en fait la Conscience qui vit et expérimente à travers nous, quel est notre rayon d'action ? Les choix que nous faisons sont-ils vraiment libres de toute "manipulation" de la Conscience ? Selon certains nous aurions même l'illusion de penser. Ce qui est logique, en tous les cas, c'est que nous n'avons pas de destin : quel serait l'intérêt pour la Conscience d'évoluer dans du prévisible ? L'expérience ne vaut, me semble-t-il, que s'il y a un effet de surprise, de nouveauté. Dans ce cas qui crée les chemins ?

Vous me direz "mais puisque pour la Conscience il n'y a ni temps ni espace, pourquoi parler de chemin et de temps ?" Disons qu'en se restreignant à nos trois dimensions la Conscience s'offre une aventure comme nous, nous jouons parfois sur un jeu de plateau (Monopoly, etc...).

Peut-être que la Conscience a un projet mais qu'elle navigue à vue et change éventuellement de chemin. Si mon doigt veut pianoter, qu'il le fasse, mais si je veux en même temps dessiner je vais arrêter mon doigt pour qu'il puisse prendre part à mon projet de dessin. Mais si en pianotant il me vient une mélodie qui me plait je vais plutôt aller la noter ou aller la pianoter sur un vrai piano. Par ailleurs, c'est de mon égo qu'est venue l'envie de pianoter... mais la Conscience est aussi mon égo puisque la Conscience est tout ce qui est...

Nous n'avons donc que très peu de libre-arbitre en tant qu'égo.

Mais alors, notre monde matériel existe ou n'existe pas ?

La Conscience et notre monde matériel existent à des niveaux différents.  Notre monde matériel est une des expressions de la Conscience comme un tableau est  l'expression d'un artiste. Les deux univers sont corrélés, c'est pourquoi on peut agir dans la Conscience (soins énergétiques et quantiques) et l'effet sera visible dans le monde de la matière. On ne peut agir dans la Conscience que si l'on est sans égo à ce moment-là.

Ce que nous appelons "la réalité" est une illusion en expansion, incroyablement complexe et structurée et à la créativité infinie. Nous sommes partie prenante de cette illusion : nous y existons en tant qu'égo (personnage).  La mort nous libère-t-elle de cette illusion ? même pas ! Comme Mario (du jeu vidéo), après avoir terminé un niveau du jeu, nous passons à un autre.

 

Peut-on "sortir de la Matrice" ?

Beaucoup de gens sur internet s'agitent autour de l'idée de "sortir de la matrice". C'est possible, soit en entrant dans la Conscience (l'état de méditation) : absence d'égo et contact avec tout ce qui est ou en devenant la Conscience (l’Éveil). Mais, quoi qu'il en soit, ce sont des sorties plus ou moins longues mais toujours momentanées.  Nous n'avons d'existence propre qu'à l'intérieur de cette illusion, il n'y a pas, comme dans le film "Matrix" une réalité plus réelle en dehors de l'illusion et à l'intérieur de laquelle nous aurions toujours le même égo. La seule réalité plus réelle que notre illusion c'est la Conscience.

 

La Conscience est-elle en Open-source ?

Transurfing, Libération Quantique, Méthode des 2 Points et autres ou même loi de l'attraction : nous ont appris que l'on pouvait puiser dans le "Champ des possibles", "l'espace des variantes", le "Champ quantique"  ce dont nous avions besoin, faire véritablement nos propres choix, que nous étions des créateurs à part entière. Si ça bloque on peut traquer le doute, les croyances, les programmations, les saboteurs... on peut aussi prier, méditer, négocier avec l'instance supérieure, tout marche... Jusqu'à un certain point.

Si "ça ne marche plus" c'est que notre égo tente de prendre le dessus, qu'il s'est emballé et qu'il essaie de distordre l'univers pour son propre compte, sa propre satisfaction, qu'il veut quelque chose qui n'a pas de sens, ni pour nous -notre évolution en tant que personnage- ni pour le bien commun. Ce n'est plus une expansion de la Conscience mais une expansion de l'égo.

En tant que personnage (égo) nous ne sommes pas des dieux, nous ne pouvons pas créer, nous pouvons seulement "co-créer", c'est-à-dire créer avec la Conscience, la manifester. Nous n'avons donc pas de libre-arbitre en tant qu'égo, par contre, en tant que Conscience nos possibilités sont infinies.

Comment savoir si on agit à partir de la Conscience ou à partir de l'égo ? La marque de la Conscience c'est la passion, la joie, l'amour, l'ouverture, celle de l'égo c'est la peur, la désir de posséder, le pouvoir, la sujétion.

De quoi est fait la Conscience ?

S'il n'y a rien au-dessus de nous mais que malgré tout il y a quelque chose qui nous contient et qui a une vie propre, c'est peut-être que la Conscience est le résultat de l'addition de tous les consciences individuelles (de la bactérie à la galaxie), fonctionnant ensemble à un niveau plus élevé, une âme groupée - et nous savons que le résultat de ce genre d'addition est plus grand que la somme de ses parties.

En même temps, nous avons vu que pendant l'expérience d’Éveil nous pouvions être "Tout ce qui est" - C'est là que ça devient compliqué - en fait, notre égo (notre personnage) c'est nous et l'univers (Tout ce qui est), c'est aussi nous mais sans le personnage (mais alors ça ne s'appelle plus l'égo mais le Tout...). Tout est dans tout, et inversement ! mais dans des dimensions différentes.

Une question sans réponse :

Un(e) Éveillé(e) fournit une meilleure prestation à la Conscience. Pourquoi limiter le nombre d’Éveillé(e)s ?

Tout ça pour quoi ?

Finalement quel est le but (et l'intérêt) de l’Éveil ?

 Si vous ne regardez qu'une seule vidéo, regardez celle-là, c'est la clé (ne vous fiez pas au titre qui peut prêter à confusion).

L’Éveil, expérience ultime ?

L’Éveil est donc une expérience de fusion avec « Tout ce qui est », avec cette sorte d’organisme autonome ayant un esprit (la Conscience) et accessoirement un corps (la matière), une Conscience/Univers. Mais, il est clair maintenant que cet univers infini que nous percevons et auquel nous appartenons n’est que notre champ de conscience, c’est-à-dire notre niveau de réalité, une interprétation très réduite du mille-feuilles cosmique, une création à l'unique utilisation des êtres extraordinairement limités qui fonctionnent en 3D. Nous l'avons vu, il n'y a rien au-dessus de notre Conscience/Univers mais il y a sans doute beaucoup à côté d'elle (nous sommes dans un multivers). Notre Conscience/Univers, notre "Tout ce qui est" n’est qu’une partie de Ce qui est, une entité parmi des milliards et des milliards d’autres Conscience/Univers (ou d’ailleurs d’Univers/Autre chose ou d’Autre chose/Conscience ou encore Autre Chose/Autre chose, on peut décliner cela de milliers de façons).

Au-delà de cet infini dans lequel nous vivons, d'autres infinis sont possibles !. Comme disait le mathématicien Jacques Vallée (informaticien et astronome français) dans une de ses dernières conférences : « Il y a des infinis plus infinis que d'autres ».

 

Bonne expansion infinie de conscience...

(Une expansion de conscience ce n'est pas s'agrandir vers l'avant ou vers le haut c'est augmenter le nombre de dimensions auxquelles on se réfère)

Florence

(1) « Entrer dans le courant ». La première expérience de fusion. Vous ne serez plus jamais comme avant et vous avez mis le doigt dans un engrenage qui vous amènera (peut-être) d’ici quelques années vers le Grand Éveil ou la Réalisation.  « Revenir encore », des aller-retour non contrôlables entre votre identification en tant que « Je » et la fusion avec la Conscience « Je suis » (le "Je" de Je suis n'est pas celui de votre petit moi mais celui de la Conscience). Pendant ce temps se réalise un nettoyage au karcher de tout ce qui encombre votre être : souffrance, désirs, peurs, jugements, etc... La thérapie est bienvenue. Jack Cornfield a écrit un livre sur le sujet : « Après l’extase, la lessive » ed Pocket.  « non-retour » l’ancrage définitif dans cet état d’aller/retour à volonté et les derniers nettoyages de l’égo.  Enfin, la dernière étape « le Grand Eveil » ou la « Réalisation » : être à la fois « Tout ce qui est » (la Conscience) et le personnage qui est dans ce monde (l'égo). La Conscience s’exprime librement et limpidement à travers le personnage. Avant cette dernière étape tous les écueils et les dérives sont possibles.

Quelques éveillé(e)s qui ont des sites ou des chaînes Youtube en français : Claudette VidalIsabelle Padovani, Byron Katie, Suyin Lamour, David Cuisi Samuel Stemmer , Ginette Forget et bien d'autres (mais attention il y a de tout sur internet !). Tous les Éveillés ne sont pas "Réalisés", c'est-à-dire qu'ils n'ont pas atteint la 4ème phase de l’Éveil : le grand Éveil.

Il y a aussi (dans leur langue maternelle) : Eckart Tolle, Jack Cornfield, Wayne Lee Corman, Andrew Cohen, Adyashanti, Jeff Foster, Gangaji et bien d'autres.

Deux lieux sont un peu spécialisés dans les rencontres avec les Éveillé(e)s : Le petit Mas à Villeneuve Loubet (06270) et le Forum 104 à Paris


Florence Fabrègue est l'auteur des articles de ce site.

Elle est aussi thérapeute et pratique le décodage avec les mythes de diverses traditions du monde.

Une fois que le mythe que vous êtes en train de jouer est mis à jour, elle propose une libération des émotions et croyances qui y sont liées afin d'entrer dans le nouveau paradigme quantique.

Séance par téléphone au 06 18 10 10 96

florence.fabregue@hotmail.fr

https://mythes-en-conscience.jimdo.com/

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    MISKA (jeudi, 14 juin 2018 20:32)

    merci pour ces beaux témoignages, ils me rappellent encore que je suis endormis et que les emotions pénibles que je traverse ne sont pas dramatiques. d'ailleur je trouve que la vie sans MOI est plus simple. pourtant elle est un jeu merveilleux, un grand jeu collectif où chaque joueur est aussi l'autre...
    mon ego se porte mieux quand je le caline que quand je lui fait la guerre!
    merci