GERALDINE WOJCIECHOWSKI, Bodyfly

Un pied maintenu dans un hamac de tissu extensible, l’autre en appui sur le sol sans crispation, je me penche vers l’avant les bras grand ouverts… Je tiens ! Moi qui avais toujours eu du mal avec les postures d’équilibre, je suis à la fois soutenue par le tissu et maintenue par mes muscles dans une posture bien plus acrobatique que celle que je peux faire en yoga tout en me sentant en sécurité.

 

Je suis en train de faire une séance de Bodyfly guidée par Géraldine Wojciechowski. C’est nouveau, sportif mais avec une vraie prise en compte de la conscience du corps.

Géraldine Wojciechowski : J’ ai passé un brevet d’état pour travailler dans les centres de fitness. Je me suis aperçue que dans ce milieu les personnes ne cherchaient pas tous  la conscience corporelle mais au contraire se focalisaient avec narcissisme sur la beauté du corps. J’ai vite pris mon envol et j’ai créé mes propres cours, sans miroir, avec mon propre ressenti, leur but était de sentir son corps et le travailler pour lui apporter ce dont il avait besoin que ce soit en tonification, en relaxation, en dynamisme ou en détente.

Comment avez-vous fait connaissance avec le Bodyfly ?

 

Géraldine Wojciechowski : Je travaille aussi en tant que masseuse énergéticienne avec des techniques de libération émotionnelle, je me suis formée en ayurvédique, en médecine chinoise et à un moment je ne pouvais plus exercer les activités physiques de la même façon. En cherchant une activité pour moi et j’ai découvert le Hamac Stretch Yoga puis le Yoga Fly et enfin j’ai suivi la seule formation agréé de Bodyfly, à Annecy, il y a trois ans.

 

Patricia Duchaussoy, une ancienne danseuse master en Pilâtes qui vit à Bangkok depuis 15 ans, avait fait un spectacle il y a une dizaine d’années avec un circassien du Cirque du Soleil. Lors d’une pause elle a fait un nœud au tissu aérien qui servait pour leur animation et s’est assise dedans. Le concept serait né à ce moment-là. Elle a aménagé ensuite le tissu arien pour en faire un seul pan de tissus, ce qui en a fait un grand hamac que l’on accroche à 3 mètres au-dessus du sol. Pour ce qui est des mouvements et des postures elle a mis en place un judicieux mélange de danse, de Pilâtes, d’acrobatie et de yoga.

Qu’est-ce qu’apporte le Bodyfly par rapport aux autres techniques corporelles ?

 

Géraldine Wojciechowski : Pour moi, c’est la plus complète des techniques corporelles. On peut se servir du tissu aérien en bandeau, en hamac, il peut être une aide ou un renforcement musculaire supplémentaire, il peut être un vrai sport ou un moyen de se détendre, il peut amener des réactions émotionnelles…

 

Il y a beaucoup de postures difficiles à tenir à cause de l’équilibre ou d’un manque de force musculaire pour lesquelles ce tissu peut être une vraie aide mais en même temps de nombreuses postures faciles sont renforcées si on place un pied ou une main dedans, et que l’on donne ainsi une amplitude supplémentaire. On va s’en servir assis, debout, couché, dedans, à côté. L’utilisation de ce tissu va démultiplier le champ de la conscience corporelle.

 

Il y a le Bodyfly et le Bodysoft, quelle différence ?

 

Géraldine Wojciechowski : En Bodyfly on fait des postures  inversées. Mettre sa tête en bas apporte plus d’oxygène au cerveau et dans le sang ainsi que plus de glucose, ce qui permet une désinhibition au niveau cérébral. Il y a perte de repères, on flotte, on change de champ de conscience, c’est très bon pour le mental et pour le corps parce que les parties qui ressentent la pesanteur sont inversées. Cela va détendre les muscles, libérer la colonne, travailler dans des amplitudes d’ouverture inhabituelles. 

 

Il y a des personnes qui ne sont pas à l’aise avec ça, c’est la raison pour laquelle j’ai créé ce cours de Bodysoft où il est possible d’avoir la tête en bas peu de temps mais on ne va pas y travailler. Quoi qu’il en soit les deux amènent un renforcement musculaire et une tonification du corps.

On fait des postures ou des mouvements ?

 

Géraldine Wojciechowski : Les deux. Il y a des mouvements issus de la gym et du Pilâtes qui vont être un peu répétitifs pour travailler les chaines musculaires en étirement et il y a des postures issues du yoga comme par exemple une adaptation du cobra ou du pigeon.

 

En fait, ça bouge tout le temps. On est donc toujours en perpétuel gainage parce qu’il faut ancrer son corps pour, soit éviter de tomber, soit bien s’équilibrer.  En gym, en yoga ou en Pilâtes on demande de contracter tel ou tel muscle, de monter le diaphragme ou encore de baisser ses côtes mais là vous êtes obligé de le faire de toutes façons, c’est le corps lui-même qui va chercher ces réflexes-là.

 

Par ailleurs, on est aussi toujours en travail sur les fixateurs de chaque articulation. Ce sont les fixateurs qui permettent de renforcer les articulations et travailler l’équilibre en vieillissant  c’est très important.

 

A chaque cours l’enchaînement est différent pour ne pas entrer dans la routine et rester dans l’envie de bouger, de bien faire, de prendre soin de soi. On commence par un échauffement puis on passe au renforcement musculaire et on termine par un moment de détente allongé dans le hamac.

Vous parliez tout à l’heure d’un travail émotionnel, pouvez-vous développer ?

 

Géraldine Wojciechowski : On est suspendu et un peu en hauteur, cela va permettre de travailler sur la sphère émotionnelle de la peur, de la confiance en soi. Nous sommes des terriens. Nous n’avons pas l’habitude  de travailler en l’air ou que nos pieds ne touchent pas le sol. Pour se retenir, se rattraper on va stimuler ses réflexes et peu à peu prendre confiance en soi et libérer une forme de peur.

 

Vous proposez aussi du Watsu aérien, de quoi s’agit-il ?

 

Géraldine Wojciechowski : J’ai développé un concept de massage dans le hamac que j’appelle le Watsu-aérien. Le Watsu c’est à l’origine un massage dans l’eau. C’est souvent dur de lâcher prise, même en relaxation.

 

Là, dans le hamac, on est porté, bercé, on flotte… C’est moi qui vais vous relaxer : je vais prendre vos pieds et vous redonner une longueur, vous emmener dans un bercement, vous étirer tout en douceur sur les côtés du corps, je passe en dessous de vous, je vais caler mes genoux sous votre sacrum,  je vais travailler en décharge : En posant mes mains sur votre corps qui est suspendu et non posé sur une table ou sur le sol, il va venir s’y caler et je peux lui induire des mouvements de souplesse et lui donner  de la fluidité. C’est une expérience unique dans son genre, c’est difficile d’en parler on est sur du ressenti, il faut le vivre !

Propos recueillis par Florence

Géraldine Wojciechowski propose ses cours de Bodyfly et de Bodysoft et ses Watsu- aérien à Toulouse.

 

Cet été le 12 et 19 juillet, prochaines sessions de watsuaérien.

 

Pour assister à une séance il faut réserver au préalable son hamac sur son site :

https://www.bodyflyoga-toulouse.com/ 

 

les.arts.sensoriels.corporels@gmail.com

Écrire commentaire

Commentaires : 0