SAMUEL BERNARD, bijoux spirituels

Il y a 15 ans, un ami de Samuel Bernard est devenu Sadhu (1). Quand il est revenu en France, il portait un mala (2) en graines de rudraksha,  la graine sacrée des sadhus, des yogis et de Shiva. Samuel a tout de suite ressenti une affinité avec ces perles, un appel.

 

Il a commencé à confectionner pour lui des malas avec ces graines énergétiques puis a eu envie de les faire connaître afin que les gens puissent bénéficier de leurs  bienfaits.

D’où viennent les graines de rudraksha ?

 

Samuel Bernard : C’est une graine unique en son genre mais elle peut se présenter sous 21 formes selon son nombre de quartier.

 

Les indiens appellent ces quartiers des « mukis », c’est-à-dire des visages, des faces. Ces faces sont délimitées par des lignes qui sont naturellement présentes sur la graines tout comme les aspérités ainsi que le trou de forage au centre : c’est comme si cette graine était déjà prévue pour devenir une perle de collier.

Ces graines sont le noyau d’un fruit qui pousse sur un grand arbre, le rudraksha, qui ressemble légèrement à l’eucalyptus. Le fruit est d’un beau bleu myrtille, sa pulpe est utilisée dans certains produits de beauté ayurvédiques.

 

95 % des graines ont 5 faces. Pour les 5 % restant, c’est au bon vouloir de l’arbre, entre une et 21 faces. Les graines à une face sont quasiment introuvables. Les grandes familles indiennes les gardent et se les transmettent de génération en génération. Cette graine est très résistante et un mala très bien confectionné peut se transmettre sur 6 générations. 

Pourquoi  appelle-t-on cette graine les larmes de Shiva ?

Samuel Bernard : Le nom rudraksha est formé de « Rudra » qui est un des premiers noms de Shiva et de  « aksha » qui veut dire « yeux ». Il est dit que Shiva a médité sur la souffrance de l’humanité pendant 1000 années divines. En sortant de sa méditation il a versé des larmes de compassion. Au contact du sol, ces larmes ont donné naissance au premier arbre, le rudraksha.

 

Le nom de mon enseigne est « Ô larmes divines ». Au début c’était essentiellement en référence avec les larmes de Shiva mais j’ai découvert plus tard que beaucoup de minéraux sont des « larmes divines » dans d’autres traditions comme l’améthyste qui seraient larmes de Bacchus ou encore la perle qui serait issue des larmes d’Aphrodite. Cela m’a conforté dans le choix de ce nom.

Quels bienfaits peuvent apporter les graines de rudraksha ?

Samuel Bernard : Au niveau physique, des études ont montrées que lorsqu’elles sont portées en contact avec la peau notre corps secrète des ions négatifs qui sont antistress.

 

Elles vont aussi équilibrer le système cardiaque et réguler la pression sanguine, elles sont donc très efficaces contre l’hypertension. 

Au niveau spirituel, si les malas des sadhus sont en rudraksha c’est parce cette graine ramène dans le moment présent et pacifie le mental. Elle porte en elle l’énergie de Shiva et de Shakti, le masculin et le féminin (la compassion).

 

La graine de rudraksha qui émane le plus cette double énergie est celle à deux faces. Elle représente  la forme de Shiva appelée Ardhanarishvara, avec  un visage masculin d’un côté et féminin de l’autre.

Comment se passe la création de vos bijoux spirituels ?

Samuel Bernard : C’est assez difficile pour moi de l’expliquer. Je laisse ma part intuitive mener, je ne réfléchis pas. Un bijou se dessine dans mon esprit et je le fabrique. J’associe aussi des minéraux parce que j’aime cette synergie minéral /végétal.

 

Je crée aussi par thèmes, bijoux protecteurs ou bijoux plus féminins ou encore par rapport à leur action sur le physique (cardiaque, système nerveux, etc…).

 

Ce sont les malas que j’aime faire par-dessus tout, c’est un travail énergétique très riche mais je fabrique aussi des colliers, des bracelets, des boucles d’oreille et des petits bijoux protecteurs.

Pour porter des colliers en graines de rudraksha, faut-il être très spirituel ?

 

Samuel Bernard : On peut lire sur internet que pour porter des rudrakshas il faudrait être presque un sadhu, pratiquer la bhakti , etc… C’est tout à fait exagéré.

 

Ces graines peuvent être portées par tout le monde mais en restant conscient qu’elles véhiculent une énergie divine, ce n’est pas un noyau de cerise !

Est-ce qu’on doit purifier ces graines de temps en temps, les recharger comme les cristaux ?

Samuel Bernard : Les rudrakshas ne se charge pas des énergies ambiantes comme les minéraux, elles émettent leur vibration mais n’en absorbe pas.

 

On peut les réactiver spirituellement si on le souhaite  en les passant au-dessus d’une fumigation d’encens.

Propos recueillis par Florence

 

 

 

 

Samuel Bernard a créé la marque "Ô Larmes divines". Il vend ses créations sur les salons du bien-être.

1. Sadhu : homme de bien, saint homme en Inde. C’est celui qui a renoncé à la société pour se consacrer à la libération de l’illusion, l’arrêt du cycle des renaissances et la fusion avec la conscience cosmique.

 

2 .Mala : avant d'être un bijou spirituel, le mala est un outil de méditation. C'est un chapelet hindou et bouddhiste. Il sert à focaliser la concentration sur l'outil en question, en égrainant le mala entre le pouce et le majeur, toujours vers soi, en commençant à la "tête" du mala (là où se trouve le pompon). Une pratique courante consiste à réciter un mantra (prière, louange) à chaque graine du mala passant entre les doigts. On appelle cela le Japa mala.

 

3;  Ardhanarishvara : la forme androgyne de Shiva (Shiva côté droit, Parvati côté gauche). Cette image symbolise l’ambivalence de la nature divine, féminine et masculine à la fois, ni homme, ni femme, car à l’origine de toutes choses, transcendant les distinctions de genre.

Écrire commentaire

Commentaires : 0