ALEXIA ARGALIA : Hirudothérapie...

Hiru quoi ? Encore une méthode de soin avec un nom barbare...

 

Qu’est-ce que ça peut bien être ?

 

Allez, je vous donne un indice : c’est une des plus ancienne méthode de soin et elle a été pratiquée dans presque tous les pays…

 

...et je l’ai testée pour vous !

En fait, Hirudo vient du nom latin des… sangsues !

Ah ! J’ai senti un vent de panique et j’en vois qui cherche désespérément la sortie !...

 

Vous êtes encore là ? C’est bien !

Je vais répondre tout de suite aux questions qui vous brûlent les lèvres :

Est-ce que j’ai souffert ? Pas du tout ! Je me suis bien relaxée.

Est-ce que c’était une très vieille femme aux doigts crochus au détour d’un bois qui m’a fait ce soin ? Non, c’est Alexia Argalia, une naturopathe énergéticienne toute douce, souriante et discrète.

Est-ce que j’ai eu l’impression d’être un GI’S traversant un étang glauque au Vietnam, attaqué par une escouade de sangsues sanguinaires ? Ben.. non.

Est-ce que j’ai nagé dans un bain de sang ? Non plus !

Est-ce j'ai eu peur, est-ce qu’il m’a fallu du courage ? Bof, non, c’était plutôt zen et décontracté.

Bref, est-ce que c’était affreux, sale, dégoûtant ? Pas du tout ! C’était même très hygiénique.

 

En fait, c’est une question d’angle de vue : Ne voyez pas les sangsues comme d’immondes vampires prêtes à tout pour se repaître de vous mais plutôt comme de gentilles petites infirmières qui vont vous faire une toute petite piqûre (et on aimerait bien que les infirmières nous en fassent de si petites).

Grâce aux principes actifs de leur salive vous recevrez à la fois un anesthésiant et un anti-inflammatoire qui vont vous soulager de vos contractions musculaire, de l’arthrose, d’une tendinites mais aussi de vos problèmes de circulation tout en dépurant votre sang et détoxifiant votre organisme (voir les indications et les contre-indications en fin d’article).

 

De petites infirmières très pures car on ne peut les recruter, comme les écrevisses, que dans des eaux très propres. A quoi ça ressemble ?,  me direz-vous : à un petit serpentin marbré et dynamique, voire plutôt joueur, qui nage gaiement dans un bocal à poissons.

A l’aide d’un questionnaire Alexia Argalia a veillé tout d’abord à ce que je n’ai aucune contre-indication, puis elle m’a expliqué point par point comment la séance allait se passer : tranquillement…

 

Je n’avais pas pris d’aspirine parce que ça fluidifie le sang et comme les sangsues diffusent  déjà un fluidifiant dans leur salive, ce serait trop. Alexia a défini ensuite le nombre de sangsues et l’endroit de mon corps où elle allait les placer. Pour moi ce sera 2 au niveau du sacrum pour décongestionner tout le petit bassin et favoriser la circulation générale de l’organisme.

 

Commençons la séance. Je m’allonge sur la table de massage et je me laisser bercer par une petite musique de relaxation. Alexia passe un coton imbibé d’alcool à 70° sur le bas de mon dos. J’ai veillé à ne pas me parfumer ni même à me laver avec un savon odorant : ces dames n’aiment pas le parfum.

 

Avec des gants chirurgicaux elle prend les deux sangsues et les pose précisément sur le bas de mon dos. Au bout de 15 secondes je ressens un pincement, un peu comme une piqûre d’ortie : Elles commencent à bosser.

Assez rapidement je ne sens plus la piqure mais la zone d’action dans tout le dos. Mon dos plane.

 

Avec Alexia, on papote, c’est sympa. J’apprends qu’en Russie il y a un service Hirudothérapie dans les hôpitaux et qu’ils utilisent même les sangsues pour les AVC et les infarctus, ce qui ne se fait pas du tout en France.

 

En France, cela se pratique dans certains centres hospitaliers en post opératoire de chirurgie réparatrice mais sans véritable protocole, c’est très empirique.  Les sangsues vont changer de statut et passer dans quelques temps à celui de « médicament » et les hirudothérapeutes non médecin ne pourront plus pratiquer. Bien sûr…

 

Le temps a passé très vite, une sangsue s’est même endormie vers la fin. Alexia me les montre : elles ont un peu forci, mais pas plus que ça. Elle me fait un gros pansement bien absorbant. Zut ! j’ai oublié de m’habiller avec des vêtements amples comme Alexia me l’avait proposé. Je porte une robe bien moulante. Je repars avec un postérieur de style africain, moi qui me désolais de mes fesses plates, je vis un rêve !

 

La nuit qui a suivi j’ai très bien dormi, mais alors vraiment très bien. Au matin, dans la salle de bain j’enlève délicatement le pansement. J’ai beaucoup saigné sans m’en rendre compte. Je prends une douche, les cicatrices sont un peu gonflées, c’est normal. J’aurais une petite cicatrice en forme d’Y qui disparaîtra.

 

Je me sens nettoyée, légère, propre, le dos souple. C’est bien.

Florence

Les indications : Tout ce qui est inflammatoire : tendinite, nevrite, arthrose, etc… mais aussi furoncles, panaris, hématomes, les varices et les phlébites légères. Foulures, fracture. Le syndrome pré-menstruel et l’aménorrhée (absence de règles), Certains acouphènes dus à un problème de micro-circulation au niveau de cérébral.

 

Les contre-indications : Hémophilie, anticoagulation, ulcère gastro-intestinal actif, anémie, déficit immunitaire, dialyse, tendance aux cicatrices chéloïdes, maladies graves évolutives.

Alexia Argalia propose ses séances d’Hirudothérapie à Albi dans le Tarn.

 

http://sunyata-naturopathie.fr/

alexiaargalia0@gmail.com

 

Alexia Argalia a été formée par Sabine Heim d'Alukamed. Sabien Heim enseigne maintenant au Portugal.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Camille (jeudi, 06 avril 2017 22:45)

    Merci pour cet article drôle à lire, ça démystifie les sangsues ! Je les voyais beaucoup plus grosses !

  • #2

    Catherine (mercredi, 07 juin 2017 19:18)

    j'ai aimé lire cet article, et
    j'ai essayé ce soin sur mon genou, et les résultats sont probants. A conseiller plutôt que de prendre des anti inflammatoires!