VALERIE PALMIERI : Bhajans, chants sacrés

En 2009 la création de l’espace bien-être à Cordes Sur Ciel a permis à Valérie Palmieri de rencontrer Murali (1) un pianiste concertiste chanteur qui vit auprès d’Amma en Inde. Cette rencontre lui a fait  de découvrir les Bhajans lors du stage qu’il présentait.

 

Cela a été pour elle une très belle découverte, une grande reliance. Ces chants très puissants la reliaient au Divin et cela au-delà des divinités indiennes.

 

Elle y rencontre en même temps des dévots d’Amma et participe à des satsangs (2). Elle se nourrit de ces chants, de la spiritualité indienne et particulièrement des pratiques autour d’Amma.

Le sanskrit est une langue très complexe, avec des sonorités dont nous n’avons pas l’habitude ; ça ne vous a pas posé de problème ?

 

Valérie Palmieri : Quand j’ai intégré ce groupe de chants sacrés, je me suis vite aperçue que ce goût ne me venait pas d’aujourd’hui : j’ai très vite appris le sanskrit, reconnu les mélodies. Je me sentais appelée à revivre cela. J’ai découvert aussi que j’avais une grande acuité auditive. Je me suis sentie à la fois nourrie et porteuse de ces chants.

 

J’ai bientôt eu besoin de prendre mon envol, je me sentais à l’étroit, il me manquait quelque chose, je voulais aller plus loin dans les vocalisations et dans l’expression.

Cette pratique des chants sacrés a-t-elle enrichi votre approche du yoga ?

 

Valérie Palmieri : J’ai assez rapidement inclus des sons, des mantras dans mes cours de yoga. J’ai vu l’effet que ça faisait sur les personnes qui suivaient mes cours : il y avait une ouverture du cœur, une émotion, ils entraient en méditation.

 

A partir de là, j’ai mis en place depuis 3 ans des concerts participatifs aux équinoxes et aux solstices (prochain concert le 24 mars) et des stages yoga/bhajans  qui se déroulent sur une après-midi (prochain stage le 4 mars).

 

Un pianiste, Benjamin Barria, nous accompagne. Je guide les postures de yoga en intégrant les sonorités propres aux chakras (bija Mantras) et des respirations pour mettre le souffle dans le corps, le faire vibrer et faire monter la shakti.

 

En entrant dans l’énergie des Bhajans le corps et la voix sont déjà très ouverts à cette vibration et à cette reliance à l’amour. Ces stages sont bénéfiques pour la voix et le corps et amènent à vivre des émotions.

Comment se déroule un concert participatif ?

 

Valérie Palmieri : Les solstices et les équinoxes sont des passages vibratoires, des portes ouvertes sur le sacré. Deux jours avant et deux jours après on peut proposer des célébrations pour faire descendre la lumière.

 

Je commence à amener la répétition des OM qui permettent d’échauffer la voix, puis le concert démarre par la Gayatri pour se connecter à la lumière et amener tout le monde sur le même plan.

 

Je guide ensuite des chants simples aux personnes présentes que nous répétons jusqu’à l’unisson. Nous terminons par un chant en français pour finir dans l’harmonie.

Comment amenez-vous un chant ?

 

Valérie Palmieri : Je n’explique pas mot à mot, je traduis seulement quelques mots simples comme « Mère divine ». Par contre, je dis à quelle divinité il s’adresse et je parle de l’énergie propre de ce bhajan.

 

J’ai remarqué que si je rentre trop dans une explication religieuse, les gens décrochent. Certaines personnes me disent qu’ils n’aiment pas chanter ce qu’ils ne comprennent pas ; Le sanskrit est une langue très puissante, même quand on ne comprend pas, on est porté par la vibration des sons. Le cœur, l’amour n’a pas besoin de mots.

 

A quelles divinités s’adressent les bhajans ?

 

Valérie Palmieri : A Shiva, à Krishna, à la Mère… mais la plupart du temps mes chants vont à Krishna, j’y retrouve cette énergie universelle d’amour.

 

Qu’y a-t-il de différent entre un satsang traditionnel et les concerts participatifs ou les stages Bhajans que vous proposez ?

 

Valérie Palmieri : Quand je vais dans un satsang c’est un temps personnel que je partage avec le maitre et les bhajans qui sont chantés suivent des règles bien précises alors que les concerts et les stages me permettent de partager autre chose avec les gens et de vivre plus dans l’instant et dans la spontanéité.

 

Ce qui est important pour moi c’est de vivre l’instant.  « Vivre l’instant » c’est être dans sa créativité, être pleinement soi. J’avais besoin de laisser cette créativité et cette présence s’exprimer. Je m’appuie sur les Bhajans mais je ne m’enferme pas dedans.

 

Cette créativité s’exerce dans les vocalisations et cela donne aux gens la possibilité d’aller eux-mêmes dans leur propre créativité au niveau de la voix, du geste et d’entrer plus profondément dans la dévotion. Il se passe alors quelque chose dans le subtil qui ne va avoir la possibilité de circuler que si on s’y laisse aller.

Propos recueillis par Florence

1)         1)  Cyril Mari

 2)    2)  Un satsang c’est un temps dévotionnel de deux heures devant la photo d’un maître avec des prières, la répétition des 108 noms, la lecture de textes d’enseignement, une heure de Bhajans et une méditation ainsi que l’Arati et les prières de fin de séance.

Valérie Palmieri propose ses cours et stages de yoga et Bhajans à Albi dans le Tarn

 

http://yogaensoie.fr/

balivalerie@yahoo.fr

 

Concert participatif le 24 mars 2017

Prochain stage yoga/ bhajans le 4 mars 2017

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0