STEPHANIE GONZALEZ, communiquer avec les animaux

Ce serait si bien si nous pouvions communiquer avec nos animaux familiers et ceux de la nature ! Ça donnerait à notre terre un petit goût de jardin d'Eden... En attendant, ça ouvrirait les cœurs... mais pour cela il faudrait avoir le don...

 

"Pas du tout ! nous dit Stéphanie Gonzalez, tout le monde peut le faire avec une vraie intention et quelques apprentissages de base.

 

Stéphanie Gonzalez : J’ai eu un cancer il y a une dizaine d’années et évidemment cela a bouleversé ma façon de voir la vie et a modifié mes centres d’intérêt. La maladie a été une vraie bénédiction pour moi. Je me suis questionnée sur le sens de la vie, sur le sens de MA vie. J'ai remis en questions beaucoup de points de vue que j'avais "classés" inconsciemment comme étant acquis et figés.

 

A la suite de quoi, et sans volonté directe et consciente de ma part, j'ai été amenée à m'ouvrir aux mondes invisibles et en même temps j’ai développé une sensibilité intuitive.

 

Deux ans plus tard, en vacances en famille - mes premières vacances après mon cancer - nous avons fait une promenade dans la campagne, dans le Jura (lieu très ressourçant). Nous longions un champ dans lequel se trouvaient des vaches. C’était en juillet et il faisait particulièrement chaud. Une vache tout près de la clôture attira mon attention. Je me suis arrêtée, j’étais « bloquée » devant elle, submergée par l’émotion, les larmes aux yeux. Je ressentais sa souffrance à un point trop fort pour que je comprenne à ce moment là ce qui se passait entre elle et moi.

La vache vous transmettait un message ou c’est ce qu’elle émanait ?

Stéphanie Gonzalez : Elle me transmettait un message très clair : elle n'en pouvait plus, elle avait extrêmement soif et l'eau manquait dans l’abreuvoir. De plus, il n'y avait pas une seule ombre qui puisse la soulager un minimum de la chaleur.

 

Je me suis sentie très bouleversée par ce premier contact. Je recevais sa communication comme un appel au secours et je n'ai pas été en mesure de réaliser qu'il s'agissait d'une communication.

 

J’ai tout de suite pris du recul : « Mais qu’est-ce qui t’arrive Stef ! C’est une vache, ça n’a pas de sens ! Ce n’est pas possible ! ». J’ai mis ça sur le compte de ma sensibilité à cause de l’épreuve de la maladie traversée peu de temps avant « Tu pleures pour un rien, tu es trop sensible au point d'inventer des histoires !».

 

De retour à la maison, le phénomène s’est amplifié chaque fois que j’étais en présence d’animaux. Je recevais des informations mais je ne savais pas qu’ils communiquaient avec moi. Je croyais devenir folle !

 

C'est en 2012 ou 2013 que je suis tombée sur un site à propos de la communication animale et que j’ai enfin compris ce qui m’arrivait. Enfin je mettais des mots sur ce que je vivais de l'intérieur. Je découvrais que oui, les animaux et les humains pouvaient communiquer entre eux de manière subtile. Cela donnait enfin du sens à ces expériences que je vivais avec les animaux. Je n’ai rien demandé ni cherché à obtenir.

Quand avez-vous commencé à proposer de la communication animale pour d’autres personnes ?

Stéphanie Gonzalez : J’ai commencé à m’intéresser au sujet, consulté plusieurs sites, j’ai lu des livres et j’ai fait un stage de deux semaines. C’était cinq  ans après le premier contact.

 

A la fin du stage j’ai pensé que ce n’était pas pour moi, que c’était trop dur. Mais tout simplement je n'arrivais à calquer ma méthode de communication spontanée avec celle enseignée par la formatrice.

 

A travers ce stage, ma volonté à peaufiner mes perceptions était véritable mais je n'ai pas su à ce moment là, me faire entièrement confiance - la confiance est une clé dans la communication animale.

 

J’ai préféré mettre cela de côté. J'ai même complètement coupé ce lien avec les animaux ne me sentant pas à la hauteur.

 

C'est en décembre 2014 que l'élan est revenu en flèche, que j'ai été "poussée" à me reconnecter au règne animal et que j’ai finalement créé un blog. Durant toute l'année 2015, j’ai fait de la communication animale, soit plusieurs centaines d'entraînements concrets. Les sollicitations étaient nombreuses, j’ai pu voir que ce que je transmettais avait du sens pour les gens et en conséquence ma confiance a pris racine.

Vous travaillez avec les animaux devant vous ou sur photo ?

Stéphanie Gonzalez : Si j’ai un animal en mouvement devant moi je suis tellement dans un état d’amour pour lui que je suis débordée d’émotions et je reçois difficilement. Ce qui est paradoxal puisque c'est en présence d'animaux que la communication s'est déclenchée. J’ai encore un travail à faire sur moi pour me détacher de mon émotionnel quand je vois un loulou devant moi ! Je travaille donc sur photo uniquement pour l'instant.

 

L'émotion vécue par l'animal au moment où la photo a été prise, n'a t'elle pas d'incidence sur son émotionnel actuel ?

Stéphanie Gonzalez : Je ne me connecte pas à l’instant où a été prise la photo, je me branche sur l’âme de l’animal (pour parler simplement). La notion de temps ne rentre pas en ligne de compte et d'ailleurs la notion de temps n'existe pas dans les mondes subtils. La photo est juste un support visuel qui me sert quelques secondes, le temps pour moi de me connecter à l'animal et non pas au loulou du voisin ou à celui de la grand-mère. Une fois connectée, la photo n'a plus d'importance.

Vous dites que communiquer avec un animal consiste à s’écouter... ?

Stéphanie Gonzalez : En effet, je pense qu'avant d'apprendre à communiquer avec les animaux ou quoi que ce soit d'autre d'ailleurs, la toute première étape est de réapprendre à s'écouter soi-même.

 

Nous avons tous un outil absolument précieux : l’intuition. L'intuition se manifeste de plusieurs façons en nous, par le biais de perceptions diverses comme les émotions, les images, les sons... Pour la plupart d'entre nous, nous n'en avons pas conscience.

 

Or, si on y fait attention, elle nous guide énormément dans notre quotidien. Soyons attentif à cette petite voix qui nous dit de tourner à droite plutôt qu’à gauche, d'appeler tout de suite untel ou de prendre son parapluie avant de sortir.  Ce sont des indications très fines qui peuvent sembler ne pas avoir beaucoup de sens ni d'intérêt mais s’écouter commence par là.  

 

Plus vous écoutez cette petite voix, plus vous vous entraînez à écouter tout ce qui vous entoure et donc plus vous serez en mesure de communiquer avec tout. Cela s'appelle le langage universel et la Communication Animale en est une branche. En fait, très simplement, écouter son intuition est une communication de soi à soi, ou dit autrement de son soi-supérieur au soi mental.

Ce qui vous entoure vient résonner sur vous et c’est cette résonnance que vous écoutez ?

Stéphanie Gonzalez : Quelque part oui. Mais pour entendre la résonance de l'autre à travers soi, il faut complètement faire le vide, laisser la place pour recevoir les informations. "Faire de la place" consiste à se détacher de nos pensées, nos croyances, nos peurs, nos émotions.

 

C'est très simple de communiquer avec un animal ! Il est juste bon de veiller à développer cette aptitude par étapes, la base étant la confiance. Et la confiance s'acquiert en étant son propre objet d'étude pour commencer, en travaillant sur soi-même, soit en s'écoutant. Si vous savez écouter votre intuition (votre petite voix), vous saurez écouter n'importe qui, n'importe quoi, n'importe quand et n'importe où.

 

Ce que je regrette dans les formations de Communication Animale est que l’on enseigne d'emblée à communiquer avec un animal. Mentalement, cela n'est pas évident de "croire" que ce qu'on entend ou voit de la part de l'animal est vrai et réel. A mon avis et d'après mon expérience il faut désapprendre, il faut se dé-former, se déconditionner avant d'intégrer et de développer de nouvelles aptitudes. Et dans ce sens là, cela est bien plus facile et rapide qu'on ne le croit.

 

A ce titre, je remercie Lulumineuse qui m'a beaucoup accompagné dans mon parcours. Ses enseignements et partages ont été et demeurent de vrais outils dans l'apprentissage de la confiance et de l'écoute intérieure.

Comment acquiert-on le décodeur du langage universel ?

Stéphanie Gonzalez : Il n'y a pas de décodeur, c’est juste une question de confiance et de prise de conscience. La communication universelle est très naturelle en chacun de nous.

 

Quand on veut communiquer avec un animal, on reçoit son  message d'une manière ou d'une autre. Il faut seulement apprendre à être attentif à ces différents moyens de communication et être conscient que c'est déjà là en nous. Il n’y a pas de décodeur, il faut juste savoir faire équipe avec son mental.

 

Vous appelez votre mental : mon gardien chéri...

Stéphanie Gonzalez : Le mental est la somme de toutes les expériences qu'on a vécues. Le mental prend beaucoup de place dans une Communication Animale. C'est à nous de travailler avec lui, de savoir l'utiliser à bon escient.

 

Quand on débute, le mental va piocher dans nos expériences passées, va utiliser des données de notre vie passée et se servir des résultats qui y sont rattachés pour ramener sa fraise en mode "Monsieur je sais tout". C'est comme quand on a eu un énorme chagrin d'amour : le mental va forcément faire le lien avec cette expérience et va s'interposer en bon gardien qu'il est, pour nous rappeler toute la douleur que nous avons vécue, ce qui génère ensuite de la méfiance, des  aprioris, de peur quant à une nouvelle relation sentimentale.

 

Avec la communication animale c'est le même principe, le mental va puiser dans sa base de données pour interpréter les informations que nous recevons à propos de l'animal. Et, justement, interpréter est une fonction uniquement mentale. Donc on a besoin du mental pour récolter les informations mais il faut en parallèle ne pas se laisser diriger par le mental au moment de la transmission des informations.

 

Le mental est diabolisé parce qu'on croit qu'il nous complique la tâche mais en réalité il veille sur nous et ne veut que notre bien afin de nous préserver.

Comment se déroule une communication animale ?

Stéphanie Gonzalez : A partir du moment où j’ouvre le mail du gardien qui me contacte, je suis déterminée à communiquer avec l’animal dont il s’agit. Je suis dans une certitude, j'émets une intention claire et absolue d'entrer en communication avec cet animal. Je n'ai pas de préparation spécifique ni de rituel.

 

A partir de là, je reçois très simplement les réponses de l'animal ou les informations à propos de l'animal. Lors d'une Communication Animale, je me branche parfois directement sur l'animal pour qu'il me dise lui-même ce qu'il a à me dire et d'autres fois, je ressens le besoin de me brancher à « mon équipe », à celle de l'animal ou encore à des entités plus évoluées en tant qu'élève, pour éclairer une situation ou une réponse dans son ensemble, pour comprendre d'un point de vue plus vaste, plus haut.

 

Je rédige à l'écrit en même temps que je reçois les informations. Je délivre la Communication sous forme de compte-rendu. Et surtout, je prends le soin de transmettre les réponses aux questions que le gardien a posé. Les questions du gardien sont la ligne directrice de la Communication.

 

Faites-vous aussi des soins aux animaux ?

Je propose également des soins collectifs/individuels qui sont réalisables par tous. Cela consiste à se réunir tous par l'intention, mais chacun chez soi, et à réaliser un soin pour notre animal.

Au préalable, j'envoie une préparation à chaque gardien. Au jour et à l'heure proposés, on se réunit pour faire ce même soin TOUS ENSEMBLE.

Chaque loulou bénéficie des bienfaits du soin en fonction de sa fréquence, et ces bienfaits sont décuplés par la synergie créée par tous les participants réunis. Le phénomène de groupe, le collectif décuple la puissance de notre état de conscience.

Vous avez beaucoup de demandes ?

Stéphanie Gonzalez : Oui, je reçois beaucoup de demandes. On entend de plus en plus parler de Communication Animale. Il y a énormément de demandes et pas assez de communicateurs.

 

Ce que j’aimerais vraiment transmettre, est que communiquer avec les animaux est accessible à tous, ce n’est en rien un don. C’est comme l’intuition, on l’a tous en nous, il faut juste apprendre à s’y reconnecter et connaître quelques techniques de base.

 

Aujourd'hui j'aspire davantage à accompagner des personnes dans l'apprentissage de la Communication Animale plutôt qu'à rester la messagère des communications.

 

Vous proposez des ateliers d’initiation par Skype, est-ce que ce n'est pas gênant énergétiquement ?

Stéphanie Gonzalez : La compréhension de la Communication Animale et son enseignement ne sont absolument pas empêchés ou retenus par le biais d'un écran d'ordinateur. La joie du partage reste la même. 

 

Je rêve du jour ou n’importe qui pourra communiquer avec son animal, les végétaux et tous les plans, ce sera une avancée formidable et le monde s’en portera beaucoup mieux !

Propos recueillis par Florence

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Chantal Cloutier (mercredi, 08 février 2017 00:41)

    Bonjour,

    Si on veut assister à l'atelier, quelle est la procédure et combien il en coûte ?
    ccloutier@derytele.com
    Merci

  • #2

    Hequet laurent (mercredi, 08 février 2017 07:46)

    C'est un très bon article et très instructif. Merci beaucoup Stéphanie pour l'aide que tu apportes à ceux qui sont dans le désespoir et que tu réconfortes en donnant des nouvelles de leur petit compagnon parti de l'autre coté de la rive.

  • #3

    Florence (mercredi, 08 février 2017 12:36)

    Le lien de la page pour le prochain atelier : http://www.noscoeursalunisson.com/pages/les-ateliers-de-ca-avec-stef/les-ateliers-de-stef-1.html
    2 H 30 - 50 euros

  • #4

    PORTONNIER Anne-Laure (mercredi, 08 février 2017 14:09)

    Merci bcp pour cet article hyper intéressant. Merci Stéphanie pour ta gentillesse et ton dévouement auprès de nos loulous chéris.

  • #5

    OURLIAC Marie Agnes (mercredi, 08 février 2017 17:31)

    J adore cette page, tout est clair fluide dans l explication.....Tu es une excellente communicante.
    Bisous