LE CEP : création d'une monnaie locale

A l’heure actuelle un nouveau mouvement se dessine :  certains citoyens, de plus en plus nombreux, expriment leur volonté de re- prendre  le pouvoir  sur leur quotidien, c'est à dire de fonctionner autrement, consommer autrement, acheter et dépenser autrement.

 

C'est ce dont témoignent les paniers AMAP,  les  supermarchés autogérés, la préférence du bio et du naturel, des circuits courts etc… Et aussi bien sûr le phénomène des monnaies locales complémentaires et citoyennes en pleine progression.

 

A Cordes sur Ciel, dans le Tarn, une de ces nouvelles monnaies va bientôt voir le jour : le Cep.

Quel est l'ampleur de ce mouvement de création de monnaies locales ?

 

Il y a à peu près 5000 monnaies locales dans le monde qui sont déjà en fonctionnement. En France il y en a environ une trentaine qui sont déjà opérationnelles et une autre trentaine en phase de projet. C’est un phénomène qui se développe. La crise financière que l’on vit actuellement et la méfiance à l’égard de la haute finance n’y est pas pour rien.

 

La première monnaie locale qui est apparue en France c’est « l’abeille » à Villeneuve sur lot en 2014 et ça marche très bien. Il y en a aussi au Pays Basque et en Bretagne. Elles sont créées parfois avec le soutien des collectivités locales comme à Toulouse avec le sol-violette. A Brighton, en Angleterre on peut même payer ses impôts en monnaie locale !

Cordes sur Ciel
Cordes sur Ciel

Votre Association "Le Cep" est en train de mettre en place une monnaie locale, à Cordes sur Ciel. Nous avons déjà l’euro, pourquoi créer une nouvelle monnaie ?

 

Il y a des gens qui ont envie de fonctionner différemment et de se réapproprier la monnaie. Chaque monnaie locale a sa charte et elles se ressemblent sur de nombreux points.

 

Elles ont quelques différences dans leurs valeurs et leur fonctionnement mais elles ont un  objectif commun : remettre les transactions  monétaires au service de la vie économique réelle, c’est ce qu’était l’argent au départ et ce qu'il n’aurait jamais dû cesser d’être.

 

Il faut savoir que 97% des échanges  monétaires internationaux  sont consacrés à la spéculation. Ce qui veut dire qu’il ne reste que 3 % pour satisfaire les besoins de la vie économique réelle. C’est un système un peu fou et on voit ce qu’il a donné en 2008, en 2003 en Argentine, etc... et qui se traduit par  un renflouement des banques suivi de politiques d’austérité dont on connaît les dégâts

A termes, vous voulez que le CEP remplace l’euro ? Une monnaie locale peut-elle fonctionner en dehors du système monétaire international ?

 

Il n’est pas question de créer une monnaie indépendante. Une monnaie locale vient en complément de l’euro, elle ne le remplace pas et elle est adossée à lui : une unité de monnaie locale (ici à Cordes ce sera le CEP) = 1 euro.

 

Les monnaies locales ne vont pas non plus résoudre la spéculation - nous n’avons pas pour ambition de faire peur à Wall Street !.

 

Ce que nous voulons, c’est envoyer un message : nous voulons fonctionner autrement et c’est possible.

Spéculation

Lorsque vous convertissez 50 euros en monnaie locale, vous les retirez du système financier international (et donc de la spéculation) et vous les placez dans un fond de garantie, c’est la loi qui nous y oblige, à la seule banque éthique qui existe pour le moment en France, la NEF. Celle-ci se chargera de soutenir des projets qui respectent ces même valeurs.

 

On fait  d’une pierre deux coups parce que le même euro ira au fond de garantie de la NEF et, en même temps, il va permettre de faire des achats. C’est un doublement de la masse monétaire.

 

Le particulier achète des Ceps et les dépense, il ne peut pas les thésauriser, ça n’a pas d’intérêt, il ne peut pas spéculer et il ne peut pas les reconvertir – il n’ y a pas de conversion CEP / euro pour les particuliers. C’est une monnaie qui est faite pour circuler c’est dans la logique même. Mais la conversion est possible pour les prestataires.

Quels les avantages par rapport à l’euro ?

 

Que votre achat coûte une euro ou un CEP vous aurez le même montant à débourser. En amont et en aval les enjeux sont très différents.

 

Avec la monnaie locale, l’argent que vous dépensez concerne un territoire délimité que l’on appelle un secteur. Ici notre secteur part de Cordes sur Ciel et rayonne sur 25 KM tout autour. Il concerne les communes de Vaour, Laguépie, Cahuzac/Vère, Castelnau de Montmiral, Gaillac.

 

On relocalise l’économie. En circulant sur ce territoire, elle fait circuler les richesses produites sur ce même territoire et elles y retournent.  Il n’est ni question, ni possible que l’argent que l’on retire de ces échanges aille rejoindre le système spéculatif,  contrairement à l'euro.

 

On fait aussi de vrais échanges et tout cela selon des valeurs écologiques et humaines. Les partenaires et les utilisateurs respectent une charte en ce sens. Cela crée un réseau économique mais aussi sociologique, philosophique entre des gens qui manifestent ce même désir de faire autrement.

 

La monnaie locale booste également l'économie  en créant un réseau de producteurs locaux qui verront leur clientèle  augmenter et se fidéliser, et aussi en octroyant des micro-crédits pour donner un coup de pouce à ceux qui ne sont pas éligibles au crédit bancaire.

 

En créant du lien  puisqu'elle rassemble des habitants d'un même territoire qui partagent les mêmes préoccupations et ont envie des mêmes solutions, la monnaie locale dynamise ce territoire et en fait un lieu où les citoyens  agissent ensemble.

 

Répétons qu'en favorisant les circuits courts, la monnaie locale participe activement à la lutte contre le dérèglement climatique qui est un problème majeur. Ce que ne fait toujours pas l'euro.

Vous allez imprimer des billets ?

 

On appelle ça des coupons. Les coupons sont émis par l'association qui gère la monnaie. Il n’y aura pas de petite monnaie. Pour les petites pièces on repasse à l’euro. Tout cela est géré et contrôlé par l’association et tous ceux qui voudront bien venir nous aider.

 

C’est vraiment un outil politique au sens large du terme c’est-à-dire pour le bien de la cité, le respect et le bien-être du citoyen, le bien commun. C’est bien mieux que les bulletins de vote parce qu’avec cette monnaie-là on vote tous les jours.

Les coupons ne seront-ils pas facilement falsifiables ?

 

Depuis le développement des monnaies locales des imprimeurs se sont penchés sur le problème. Ils proposent maintenant un papier très difficilement falsifiable.

 

Parmi toutes les monnaies locales qui circulent actuellement le problème ne s’est jamais présenté. Ce sont de petits circuits et tout le monde se connaît.

Comment cela fonctionne ?

 

Il y a des prestataires, ce sont ceux qui proposent des biens et des services : producteurs, commerçants, professions libérales,  entrepreneurs. Ils sont signalés par un autocollant sur leur porte.

 

Il y a bien sûr, également des utilisateurs. En adhérant à l’association chacun d’eux signe une charte de valeurs et ils peuvent tout de suite acheter des Ceps et entrer  dans le système.

 

Je suppose que l’émission des coupons et la gestion de la monnaie a un coût. Quels sont les revenus de l’association ?

 

La source principale de revenus de l’association sont les cotisations annuelles versées par les adhérents  (30 euros pour les prestataires et 10 à 20 euros pour les utilisateurs selon leurs moyens).

 

La seconde provient d’un système de taxes : un prestataire peut se retrouver avec un grand nombre de CEP et il ne pourra pas tout dépenser dans l’économie locale. Il aura donc la possibilité de convertir ces CEP en euros moyennant une taxe de 1  %, ce qui est très minime.

Quel intérêt pour le prestataire ?

 

Lorsque vous convertissez des euros en CEP, vous allez les dépenser dans le réseau CEP (chaque prestataire aura sur sa porte un petit logo CEP).

 

Cela crée du lien. Il est bien évident que celui qui va entrer dans ce réseau va privilégier les prestataires CEP, cela fait partie d’un partage de valeurs.

 

Soutenir et utiliser la monnaie locale est un acte politique au sens large du terme. Un acte militant qui concerne tous ceux qui sont conscients de l'urgence à changer notre façon de faire si on veut éviter la catastrophe.

 

C’est légal ?

 

Juridiquement, c’est, pour l'instant,  reconnu et contrôlé. Il y a une réglementation : Une monnaie locale doit être gérée par une association loi 1901 déclarée en préfecture. La loi oblige aussi à créer un fond de garantie. Il n’y a donc aucun risque, ni pour les utilisateurs, ni pour les prestataires, chaque euro converti en monnaie locale a son équivalent en euro dans le fond de garantie.

Où en êtes-vous ?

 

L’association a été créée il y a deux mois et depuis on a bien avancé. Nous avons établi les chartes « prestataire » et « particulier » et nous avons pour le moment une dizaine de prestataires et une trentaine de particuliers.

 

Le logo CEP est en train d’être finalisé. Dès que ce sera fait nous pourrons émettre les coupons.  On commence à diffuser l’information. Cette semaine, je vais aller démarcher les prestataires et les particuliers. Cette aventure-là ne pourra fonctionner que si de nombreuses personnes y participent.

 

Nous avons besoin de forces vives et tous ceux qui s’y intéressent peuvent nous rejoindre. Ils sont les bienvenus !

Florence


Association  LE CEP

12 Grand rue de l'horloge

81170 Cordes sur Ciel

 

Contact : cep-monnaielocale.org

 

Tél : 05 63 47 15 16 / 06 62 04 96 70

Écrire commentaire

Commentaires : 0