ELVIRE CLEV, tableaux de visions chamaniques

Elvire Clev - Serpent spirale
Elvire Clev - Serpent spirale

Elvire Clev est passionnée par la culture Huichol depuis son adolescence qu'elle a abordée par leurs tableaux traditionnels en fils, découverts sur la couverture d’un livre de Castanéda.

 

Cet attrait était resté comme un rêve inaccessible jusqu’à ce qu’elle participe à un atelier donné par un chaman, à Paris, lors d’une rétrospective sur l’art d’Amérique du Sud et qu’elle réalise elle-même son premier tableau en fils

 

A partir de ce jour, elle a commencé à recevoir avec insistance des visions représentant des motifs qu’il lui était enjoint de réaliser. Depuis, elle n’a jamais cessé d’en faire, avec passion.

 

Tableau traditionnel Huichol
Tableau traditionnel Huichol

Comment réalise-t-on un tableau en fils ?

Elvire Clev : On prend une planche de bois, on l’enduit d’une couche de cire et l'on tend des fils de couleurs dessus. Chez les Huichols, c’est le chaman (on l’appelle là-bas le Mara’akame) qui a une vision du motif à représenter. Il trace la géométrie principale directement au fil, donne des instructions pour les couleurs et toute la famille participe à la réalisation du tableau.

 

Leur graphisme est marqué par leur culture et leur cosmogonie. Pour eux par exemple le cerf, le maïs et le peyotl sont un seul et même esprit, le grand esprit créateur. On retrouve aussi souvent le feu, la lune, le soleil, les étoiles et la chandelle. La chandelle est une offrande. C’est très bien vu d’arriver chez eux avec une chandelle !

 

Les gens ont parfois du mal à comprendre leur art, mais il ne faut pas chercher à comprendre ! Tout est une histoire de vibration. Si on reste dans le mental, il ne se passera rien. Leurs tableaux sont très forts. Quand j’étais jeune je les aie reçus directement au fond de moi.

 

Elvire Clev - Chemin de Peyolt
Elvire Clev - Chemin de Peyolt

Il y a cinq cérémonies par an pendant lesquelles les chamans prennent le cactus sacré, le peyotl, qu’ils appellent « la médecine ».

 

C’est le peyotl qui guide leurs visions. En France on le considère comme une drogue et ça me choque beaucoup parce que ça n’a rien à voir !

 

Il y a 4 mois j’ai vécu une grande guérison grâce à leur médecine et les chants sacré du mamra’akame qui était là. Ses chants étaient très puissants. Ça a été une épreuve très désagréable, très difficile à vivre. Je n’étais pas du tout dans un « trip années 70 » avec des petites fleurs. Depuis 4 mois ça a réglé des problèmes que je ne pensais jamais pouvoir régler un jour. C’est le genre d’expérience que j’avais lu dans des livres mais qui semblent ne jamais pouvoir vous arriver dans la « vraie vie ».

 

Elvire Clev - Première nuit à Wiricuta
Elvire Clev - Première nuit à Wiricuta

Vous recevez aussi des visions ?

 

Elvire Clev : « On » m’envoie aussi des visions et tant que je ne les réalise pas, je reçois toujours la même image avec insistance, avec le même cadrage, les mêmes couleurs. Ça peut m’arriver n’importe quand, dans les rêves ou bien quand je suis éveillée en train de penser à complètement autre chose.  Et tant que je ne la réalise pas, la vision revient sans cesse.

 

Elvire Clev - Rencontre psychédilique
Elvire Clev - Rencontre psychédilique

Vos visions représentent des thèmes traditionnelles Huichol ?

Elvire Clev : Pas forcément, on m’envoie aussi  beaucoup d’animaux.  Mais cela va bien plus loin que ça : Ce n’est pas simplement faire un tableau de fils, il y a tout un travail sur les intentions, c’est une sorte de méditation active. Pendant que j’y travaille je ne dois avoir aucunes pensées négatives.

 

J’ai reçu énormément de grenouilles, peu après j’ai appris que de nombreuses races de grenouilles sont en voie d’extinction. Quand je travaille sur ces tableaux j’y mets une intention pour la sauvegarde de ces animaux.

 

Elvire Clev - 4 éléments en 8
Elvire Clev - 4 éléments en 8

Dans quel état d’esprit êtes-vous lorsque vous travaillez ?

Elvire Clev : Au tout début, et bien que j’avais eu la vision exacte de ce que je devais représenter, le mental se mettait en travers et je restais bloquée sur, par exemple, « Quelle couleur vais-je mettre ici ? ». Lorsque j’arrivais enfin à lâcher, ma main allait chercher la couleur directement. Je n’ai plus ce problème maintenant parce que dès que je vois l’ombre du mental, je le chasse !

 

Je ne me pose plus de questions : je m’assoie devant la planche de bois et je laisse faire ma main.  Je ne saurais pas vous dire d’où viennent les gestes que je fais. Tout est dans le laisser aller, l’ici et maintenant. C’est l’invisible, l’univers, l’instant qui travaille. Je ne suis qu'un canal.

 

En ce moment  je suis en train de faire un tableau sur l’élément eau. C’est un grand serpent spirale. Je l’ai reçu en rêve très précisément et, alors que je le dessinais sur la planche, je me suis aperçue que je traçais aussi plein de petites gouttes d’eau. Or, je ne me rappelais pas les avoir vus dans mon rêve. Quand « ça » a commencé à dessiner j’étais un peu perplexe. Quand je regarde mon tableau maintenant, je vois bien que c’est évident. Le non-réfléchi a pris le dessus !

 

Elvire Clev - L'arrivée des monarques
Elvire Clev - L'arrivée des monarques

Vos tableaux sont-ils guérisseurs ?

Elvire Clev : Ils le sont pour moi, ça c’est certain. Il y a des gens qui pensent qu’ils sont guérisseurs mais j’ai toujours eu un peu de mal avec ça. Les chamans d’Amérique du Nord pensent que la beauté est guérisseuse.

 

Mes tableaux sont une célébration de la vie, de l’amour, de la paix, de la nature.  Si on part de ce principe et qu’on trouve mes tableaux beaux, alors, oui, ils sont guérisseurs.

 

Elvire Clev - Océan fascinant
Elvire Clev - Océan fascinant

Comment les gens reçoivent-ils vos tableaux ?

Elvire Clev : Quand on m’a demandé d’exposer, j’étais très embêtée par rapport au respect que j’avais de la culture Huichol. Je ne me sentais pas en droit de le faire. j'avais besoin d'avoir l'aval de mon professeur. J’ai vendu beaucoup de tableaux à cette expo, c’était tout à fait inattendu pour moi.

 

Peu après je suis allée au Mexique rencontrer le peuple Wirarika (ils n’aiment pas qu’on les appelle les Huichols – c’est le nom que leur a donné l’envahisseur espagnol- Eux se nomment Wirarika). Je suis allée chez le mamra'akame qui m’avait enseigné pendant l’atelier à Paris. Je lui ai montré mon travail pour avoir son avis et son accord pour exposer et vendre. Les gens du peuple Wirarika ne sont pas des personnes qui discutent, ils ne sont pas du tout démonstratifs. Il m’a simplement donné le droit de continuer. J’y suis retournée l’année dernière et il m’a appelé son « élève », j'en suis très honorée !

Elvire Clev - Colibris cardinaux
Elvire Clev - Colibris cardinaux

Quand certaines personnes arrivent devant un tableau il y a quelque chose qui se passe : le tableau entre en résonance avec eux, avec leurs besoins. A ce moment-là je suis d’accord pour le laisser partir avec eux.

 

Parfois, c’est très difficile pour moi, j’ai tissé un lien avec mes tableaux – évidemment c’est du fil ! – et je n’ai pas envie de les laisser partir pour simplement décorer un mur. Je dis aux gens que ce n’est pas simplement une décoration, les intentions que j’ai mises dedans, il faut qu’elles travaillent...  

 

Au moment de leur départ, symboliquement, je leur fais une petite retouche même si ce n’est pas nécessaire et je leur dis « Pars pour faire ton travail là où tu vas aller ».

Florence

Elvire Clev sera présente au festival chamanique de Génac en Charente du 27 au 30 avril 2017 et y présentera ses tableaux.

 

Elle expose en permanence à l’Atelier Porte Soleil, 57 rue des Vinaigriers, 75010 Paris

 

http://elvireclev.deviantart.com

 

elvyre@jardin-eden.org

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Camille (mercredi, 18 janvier 2017 19:29)

    Merci pour l'article ! Ce sont de très beaux tableaux c'est original !

  • #2

    miska (jeudi, 19 janvier 2017 19:34)

    ce sont de magnifique tableaux! quelle inspiration!
    la démarche de Elvire est toute particulière, je vois vraiment en elle "l'os creux" comme le disait les anciens amérindiens. elle est le lien entre l'humanité et la force divine. pour notre guerison! merci Elvire pour ton travail et merci Florence pour ce beau portrait de femme!