HELENE LEVY-BENSEFT, Biodanza, danser la vie

En m’installant devant mon ordinateur, j’ai été prise d’une petite angoisse :  Est-ce que j’allais pouvoir traduire en mots tout ce que j’avais ressenti, vécu, compris, appris durant cette soirée de Biodanza ?

 

Le mieux c’est de tout vous raconter dans l’ordre.

 

Tout d’abord, et pour tout vous dire, je ne suis pas du genre complètement à l’aise dans mon corps, un peu raide. En groupe, je suis un peu coincée… Aussi, un cours de danse, même « bio », ça m’inquiétait un peu.

 

J’arrive dans la salle et, premier sujet d’étonnement : le gens qui sont là. Il y a de tout : des hommes, des femmes, des jeunes, des carrément âgés, des beaux, des moins beaux, des minces et des bien enrobés, des passe-partout et des originaux. La plupart, vous ne les imagineriez jamais assister à un cours de danse.

 

On s’assoit en cercle et Hélène Levy-Benseft, la facilitatrice en Biodanza nous explique que « bio » veut dire « vie » et que biodanser c’est danser la vie. Qu’il ne s’agit pas de danser pour se donner en spectacle mais donner du sens à son geste, prendre demeure dans son geste.

C’est la deuxième journée « portes ouvertes » et ceux qui sont venus à la précédente s’expriment. Ils disent leur impatience à recommencer, que la joie est contagieuse, qu’ils ont compris à quel point les êtres étaient uniques… Bon, faut voir.

Marcher

Hélène nous propose de marcher en musique, tout simplement, mais pas comme sur une musique militaire : avec tout notre corps et en suivant la musique, avec plaisir. Elle nous montre le genre de démarche que l’on pourrait avoir et la musique repart.

 

Comme c’est difficile ! Comme on est tous rouillés ! Comme on a du mal à se déhancher en rythme, librement, en étant présent dans son corps et non pas en reproduisant des pas appris !

 

Je reste un moment concentrée sur ma démarche et ça vient peu à peu, je commence à ressentir un vrai plaisir à marcher. Je lève les yeux et là, c’est le choc : je ne croise que des visages souriants ! pas souriant bébête ou béat, non, des visages de gens heureux …

On se sourit à soi-même et on sourit aux autres, on se croise, on se salue, on communique. Étonnant.

 

Maintenant on marche par deux, en se regardant, vraiment, totalement présent dans notre regard comme nous l’a demandé Hélène. Mon Dieu ! Se regarder ! Se regarder vraiment !

 

Au début je suis même un peu gênée et je baisse les yeux mais jouons le jeu. Quel échange !

 

Par quatre maintenant, puis tous ensemble, serrés les uns contre les autres, toujours en suivant le rythme. On se touche, on est touchés, on sent des odeurs, ça fait peur mais on continue et on est pris dans une sorte de vibration tribale.

 

On se sépare et on passe à des mouvements d’expansion, lents mais toniques. Jamais je n’aurais cru pouvoir ressentir un tel plaisir à simplement être en mouvement.

Se rencontrer

On se retrouve deux à deux, les yeux fermés, on se tient les mains. Musique très lente et coulée. On doit, très lentement, amener la main de l’autre sur son cœur tandis que l’autre amène la nôtre sur le sien puis on inverse tout en laissant son corps se balancer sur la musique.

 

Terrible : être touché au coeur, toucher le cœur de l’autre..

 

Hélène nous avait proposé pour la fin, si on le sentait vraiment, de se prendre dans les bras l’un de l’autre… Je résiste… et je me retrouve je ne sais comment à serrer dans mes bras cet homme inconnu, les larmes aux yeux…

 

Le meilleur pour la fin : on marche à nouveau, en rythme, une main levée à la hauteur de l’épaule. On se croise, on se touche les mains, on se regarde en étant totalement présent dans son regard. On ne s’arrête pas, on repart vers un autre.

 

J’ai l’impression que je les emporte chaque fois avec moi, que je me remplis d’eux à chaque rencontre… C’est la « Vivencia », comme l’a défini Rolando Toro, le créateur de la méthode : l’instant vécu intensément, ici et maintenant, un état psychologique de pleine intégration de l’individu avec lui-même, l’autre et le groupe.

Unique !

La séance finie, je me demande si je n’ai pas vécu une expérience de conscience modifiée. Je me dis que tout est là, que tout ce que j’avais compris intellectuellement jusqu’à présent (l’interconnexion, l’interdépendance des êtres les uns avec les autres et avec l’univers), je l’avais vécu, intégré avec la totalité de mon être, corps compris.

 

Je les regarde, les jeunes, les plus âgés, les beaux, les moins beaux, les gros, les maigres et les originaux et je me dis « Que c’est beau des êtres humains ! que c’est unique ! vivant ! » et je me demande s’ils sont tous comme cela ou si c’est seulement ceux-là qui sont exceptionnels.

 

En rentrant chez moi, je croise quelques passants, un voisin. Ils sont ternes, sombre, mécaniques. Je les regarde avec présence : Oui, eux aussi sont vivants, uniques, beaux mais, comment dire… on ne les a pas « allumés ».

Florence

Hélène Lévy Benseft
Hélène Levy Benseft

Après des études d'histoire et de littérature Hélène Levy-Benseft part à l'aventure au Brésil où elle est initiée à la biodanza par Rolando Toro Araneda, le créateur de la méthode. Aujourd'hui elle est facilitatrice et formatrice de Biodanza et dirige l'école Rolando Toro Méditeranée (06).

 

En collaboration avec Bruno Ribant (facilitateur et formateur et psychologue clinicien) et les encouragement discrets de Jacques Salomé, elle a mis en place le stage  "De la rencontre à la relation - Pour une écologie relationnelle".

 

Elle explore par ailleurs depuis de nombreuses années avec Antonio Sarpe les mystères de la masculinité et de la féminité profonde

Rolando Toro Araneda
Rolando Toro Araneda, le créateur de la Biodanza

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    Guy (samedi, 07 janvier 2017 18:45)

    Oui, la Biodanza c'est formidable. Danser. Rire. Se Sentir VIVANT avec les autres au coeur de la musique, de la ronde, de la grande ronde, la Vie.

  • #2

    Serge (dimanche, 08 janvier 2017 01:40)

    8 ans que je pratique... ma vie a changé. Testez, c'est un regale.

  • #3

    Hélène (dimanche, 08 janvier 2017 19:27)

    Je continuerai à proposer de la Biodanza, tant que mes jambes me porteront, là où mes pas me porteront, à la rencontre de mes semblables...

  • #4

    Martine (lundi, 09 janvier 2017 00:53)

    Oui , je continuerai à danser jusqu'à mon dernier souffle et à transmettre ce merveilleux système pour
    que les évolutions et les transformations continuent encore et encore à ensemencer la TERRE pour un monde meilleur. Merci Rolando et merci la VIE pour ce cadeau de cette belle rencontre avec l 'humain.

  • #5

    Solange Altavelle (lundi, 09 janvier 2017 09:58)

    10 ans que je danse et jamais un jour, je me suis dis "je n'ai pas envie d'y aller" c'est à chaque fois un bonheur immense de retrouver le groupe dans lequel je danse et une joie intense de danser la Biodanza que Rolando a créer. Depuis, je facilite et là encore ce sont des moments uniques et extraordinaires que de transmettre et de voir le changement qui s'opère chez chacun de nous. Merci Hélène de me donner l'envie de continuer à m'améliorer Solange

  • #6

    Marc (dimanche, 15 janvier 2017 22:19)

    Comment vous dire ? je ne suis pas accro à la Biodanza mais accro à la vie...mais la Biodanza a changé et continue à changer ma vie à chaque danse...
    Ce merveilleux processus me semble infini, plus je danse plus je suis dansé par la musique...et par la Vie.
    Merci Rolando, merci Hélène.